a wayward/activist archive of contact improvisation

Elements (38)

close

Title

Typologie

Author

People

Year

Oo Ga La Dance

video, photograph, poster, postcard, text

Ishmael Houston-Jones, Fred Holland

Cathy Weis

1983

School of Sensitivity

Essay

Dieter Heitkamp

Lisa Schmidt, Brigitte Streseman

1995

Magnesium

video

Steve Paxton

Steve Christiansen

1972

Sex and Gravity

article, photo, score

Jess Curtis

Stephanie Maher, Jess Curtis

1994

Our Own AIDS Time

interview

Keith Hennessy, Ishmael Houston-Jones

Claudia LaRocco

2017

Unsafe Unsuited

article, photograph

Keith Hennessy, Patrick Scully, Ishmael Houston-Jones

Deborah Jewitt

1995

THEM

photograph, article, video

Ishmael Houston-Jones

Chris Cochrane, Dennis Cooper, Alvaro Gonzalez Dupuy, Johnnie Cruise Mercer, Michael Parmelee, Jeremy Pheiffer, Kensaku Shinohara, Michael Watkiss, Hentyle Yapp

1986

improvising while black

practice, article, performance

mayfield brooks

Karen Nelson

2016

Parcon

practice

Andrew Suseno, Dean James Beckwith, Cecilia Fontanesi, Funda Gul, Richard Inkyu Kim, Javaka Steptoe

Nhu Nguyen, Farai Williams, Kimberly Tate, Gabriel Gomez, Ryuta Iwashita, Kylee C. Smith, Kris Seto, Kara Nepomuceno

2015

BIPOC Jam

flyer

Andrew Suseno

Ishmael Houston-Jones, Richard Kim, mayfield brooks

2019

Questions to Nancy Stark Smith by Keith Hennessy

video

Keith Hennessy

Nancy Stark Smith, Ronja Ver, Jen Pollins

2012

Questionning Contact Improvisation

book

Keith Hennessy

Scott Wells, Megan Low, Shira Yaziv, Kaitlin Guerin, Robbie Sweeney

2018

Male Breast Feeding

practice, photograph

Antonija Livingstone

Stephen Thomson, Mich Cotta, Peter Pleyer, Nadia Lauro

2012

Anqua Danse avec les roues

image, website, practice

Isabelle Brunaud

Sylvie Tiratay, Arnaud Grelier, Aga Miley, Emmanuel Sala, Daniel Franchini, Azucena Suncais, Alain Faure, Daniel Motta, Serge Pauchon, Annie Quentrec, Barbara Mangano, Ioana Violet, Marie-Laure Kaminski, Sylvie Fleurot

2005

Contact Improvisation Consent Culture

blog

Kathleen Rhea

Sarah Gottlieb

2017

Dancing Queer

blog

Emma Bigé

Antonija Livingstone, Diana Thiellen, Paul Singh

2018

Queer CI Lab & Jam

website

Paul Singh, Kristin Horrigan

Earthdance

2020

Queer Contact Improvisation Laboratory for Men

webpage

Peter Pleyer

Stretch Festival, Village Berlin

2016

The Ponderosa Trilogy

video, webpage

Peter Pleyer

Impulstanz

2017

Hieroglyphs

paper, drawings

Nancy Stark Smith

Ann Cooper Albright

1977

contact Gonzo

video, article

Yuya Tsukahara

Masaru Kakio, Keigo Mikajiri, Takuya Matsumi, NAZE

2006

Training in the Contact Zone

chapter, audio

Donna J. Haraway

Joe Dumit, Asaf Bachrach, Emma Bigé, Defne Erdur

2008

The Uses of the Erotic

audio, chapter

Audre Lorde

Audre Lorde

1978

Consent and Contact Improvisation: A Dialogue

zoom, video

Karen Nelson

Rosemary Carroll, Stephanie Auberville, Charlie Halpern-Hamu, Sasha Lasdon, Kathleen Rea, Sarah Schaffer

2020

On being neuro-a-typical in the contact improvisation community

zoom, video

Rosemary Caroll

Kathleen Rea

2020

Respect des limites / Coexistence des genres

transcript

Brooks Yardley

anonymous women

2017

Stinson Beach

gay commune

Nancy Stark Smith

Koriel

1972

The Feet

journal

unknown

Susan Manning

1970

Babble

photography

Ishmael Houston-Jones, Fred Holland

Pamela Moore, Defne Erdur, Léo G. Gentil

1983

Olympics of Contact

performance announcement

Felix Ruckert

The Meeting Point, Mireia Aragones Carol, Malin Astner, Susanne Martin, Maya Lipsker, Litsa Kiousi, Fenia Kotsopolou, Alessio Castellaci, Maia Urquiola, Thomas Brian, David Brandstetter, Jorgos Fokianos, Felix Ruckert, Heiko Senst, David Bloom, Erikk

2008

On CI Intersections

cq article, article

Ann Cooper Albright, Keith Hennessy, Geneviève Cron, Daniela Schwartz, Kent Alexander, Zach Arfa, Taja Will, Kathleen Rea, mayfield brooks

Asaf Bachrach, Colleen Bartley, Richard Kim, Ming-Shen Ku, Sasha Lasdon, Yeong Wen Lee, Angelique Niekerk, Steve Paxton, Heike Pourian

2018

Tribute to Oo Ga La Dance

video, photos, texte

Pauline Balayila, Rosalie Sarda, Ina Rose .O. Atoyebi-Alapini

Ishmaël Houston-Jones, Fred Holland

2021

Les déséquilibristes

Video, photos, texte

Ina Rose Rosalie Sarda

Victor Mizrahi

2022

RFD Mag

journal

Radical Faeries

Radical Faeries

1974

I am touched by absence

audio recording

mayfield brooks

Karen Nelson, Anya Cloud, Charlie Morrissey, Alejandra Garavito Aguilar

2021

Touchdown Dance

article, photographs

Steve Paxton, Ann Kilcoyne

Kate Mount, Tony Rahim, Eleanor Tew, Bill McKinlay, Karen Nelson, Gerry Overington, Caroline Waters, Gill Adams, Mala Sikka, Richard Spicer, John Cutts, Lee Parkinson, Helen Simmons, Sharon Higginson, Graham Tranter

1986

Caring Banquise

performance, video, text

Mathilde Monfreux, Claude Boillet, Virginie Thomas, Clémence Diény, Anne-Gaëlle Thiriot, Jérémy Damian

Raphaëlle Dupire, Trecy Afonso, Léa Kieffer

2022

CI Nezha Rabat

Transcription d'un entretien

Nezha Rhondali, Léo love

Mathilde Monfreux, Anne-Gaëlle Thiriot, Liselotte Singer, Myriam Rabah-Konaté, Virginie Thomas, Laurian Houbey, Trécy Afonso, Ishmaël Houston-Jones, Emma Bigé, Loïc Touzé, Somatika, Tassarout, Cie Irtijal, La Compagnie des Corps Parlants, Earthdance

2024

A W-Archive of Contact Improvisation

A W-Archive of Contact Improvisation (WACI) is a practice-based archival project that investigates the counter-hegemonic potentials and wayward histories of Contact Improvisation, a movement form that emerged in the 1970s in the US and is now practiced in many places around the globe.

Initiated in the times of pandemic turmoil and social unrest that shook the globe in 2020, the project aims at gathering Contact Improvisation practitioners around the investigation of the activist and social justice legacies of the form, asking: How has Contact Improvisation attempted to contribute to the political struggles of its times? How are they at play in the micropolitics of Contact Improvisation communities? And conversely: What are the minor stories that Contact Improvisation doesn’t tell about itself? Who are its own invisibilized folks? What are its own seemingly wayward undercurrents of practice, and could we learn to celebrate them?
.
W-Ancestors
.
A W-Archive of Contact Improvisation is inspired by many key moments and endeavors of Contact Improvisation history: from Ishmael Houston-Jones and Fred Holland's Wrong Contact Manifesto, to Keith Hennessy's Questionning Contact Improvisation, to Karen Nelson's Contact Improvisation interrogates its history and currency, to Kathleen Rea's Contact Improvisation Consent Culture, to the collective work around Parcon Resilience and many other forms of articulating CI with social justice movements. Taking inspiration from these fugitive/resistant practices who set at to be unruly and question the seemingly “right” and obvious ways of practicing being a Contact Improviser, we ask: Could we track the wyrd & oblique forms of Contact that have sought to undermine the “obvious”? Could we trace the imaginary and real legacies of all those who have willingly queered, wyrded or hijacked Contact Improvisation?
.
SF as anArchive
.
A W-Archive of Contact Improvisation offers SF and anArchive as practices of wyrding the archive. Acknowledging fugitive ancestors is a delicate balancing act : how can we celebrate them and at the same time not force them into a form of visibility that would only re-stage the very categorization they sought to elude? How can we make resistant practices visible while simultaneously refusing to be complicit with the capitalist imperatives of identification and transparency? The W-Archive mixes Science Facts and Speculative Fictions, historical archives and anachronistic anArchives, in order to make visible the present of the archivists next to the past of the archived, and to blur the identifiable.
.
W is for
.
W is for Wild, Wyrd, Wrong, Wayward, Wacky, Wonky.
W is for interrogating whiteness, and the West, and other forms of racialized geographies.
W is for (Love) Warriors.
W is for Women and otherly queer-gendered folks.
W is an inverted M, an antidote to the Major, a study in the minor.
W is for Who is here and Who is not, Who has access and Who has not, Who can read these lines and Who cannot.
W is for We, and not knowing who We are, and dwelling in the unknowability & potential of our dissensus.
W is for Water and its hydrofeminist lessons (for example: the refusal of solids as the only kind of reality, & the embrace of fluid, and viscous forms of being).
W is for the Whales that are extinct right now, and for our ceremonies of our Mourning and Loving them.
W is a letter that doesn't exist in Turkish.
W is for Memories upside down, a practice of SF as archive: an archive of the future, an archive of the present, an archive of the past as they could have happened.
W is for the insistant Will to honor our ancestors inspite of a culture of forgetfulness.
.
A short history of WACI
.
WACI was constituted as part of the Round Robin Project, an international adventure initiated in 2008 to serve the dance form Contact Improvisation (CI) and all the people worldwide who are engaged in that work—dance practitioners, performers, researchers, teachers, and any other interested people. This project aimed at giving tools to Contact Improvisers worldwide to celebrate and make public their work without depending (too much) on Big Tech companies (such as Fb or Ggle...). This led to the creation of the CI Global Calendar under the supervision of Eckhard Müller (and many more) on the one hand, and on the other, the beginning of a project for a Global AnArchive of Contact Improvisation, curated by Nancy Stark Smith, Dieter Heitkamp, Emma Bigé and Defne Erdur.
After the passing of Nancy Stark Smith and the full-digitization of CQ's archive, Dieter, Emma and Defne were left orphans, &also wandering: what kind of archive would two queerdos from Germany and France and one woman from Turkey who now lives in Europe make if they were to retrace their lineages in the practice of Contact Improvisation? if they were to look at ancestors working with social justice, queer & feminist frames & consent practices? At a moment of global turmoil, in the midst of the resurgence of the Black Lives Matter movements, it became urgent to celebrate the runaway and fugitive tendencies that have been a motor in Contact Improvisation's development. And so instead of starting Global, the anArchive decided to start in the minor, and celebrate the part of Contact Improvisation histories that have presented themselves as insurgent and that have offered tools for countering hegemonies of all sorts. We hope this first stone in the Archive of the Wyrd Contacts will open new ways for sustaining all sorts of mischiefs.
.
Wanna become a W-Archivist?
.
The W-Archive needs you to submit Archives, from real or fictional events, relating to your histories or dreams of past, present and future events in the worlds of Contact Improvisation and its activisms, whether you authored, witnessed, heard about, or dreamed these events
please fill out this framaform
.
[[ Note : the W-Archive is a hub, not a host ; if you create an Archive, you should be able to refer to another place online where the information is stored; only exceptionnally might we be able to upload content on our servers, as they are very small ]]
.
Please use and circulate this W-Archive
.
Share it with your students and colleagues and friends, invite them to contribute.
[[ Note : The question of access is quite unsolved for us, we do not know how these materials and fugitive histories might reach those who might feel alienated by the form // we simply have some hope that putting them together might help give some historical depths to the diversity of involvements in the form since its inception]]
.
Dancing the W-Archive
Our base is practice. Our desire is to dance together and figure these stories in the flesh. The W-Archive thus started as a gathering of movers, in the dance studios of Larret (Périgord, France) with a mixed group of dancers living in Europe: Defne Erdur, Emma Bigé, Ina.O Atoyebi, Pauline Balayila, Léo G. Gentil, Ton Bogotaj & Jana Burianova. Paul Singh and Karen Nelson joined us online for interviews. And Dieter Heitkamp, Daniela Schwarz, Sarah Konner, Colleen Bartley, Kristin Horrigan, Rosemary Caroll and Abril Lukac offered us some precious feedbacks from afar. Immense thanks to all of them.
If you want to be informed of our next events, online or in person, please write to danses [-] tordues @ riseup [dot] net

close

Wanna become a W-Archivist?
.
The W-Archive needs you to submit Archives, from real or fictional events, relating to your histories or dreams of past, present and future events in the worlds of Contact Improvisation and its activisms, whether you authored, witnessed, heard about, or dreamed these events
please fill out this framaform
https://framaforms.org/waciw-archive-of-contact-improvisation-1661932733
.
[[ Note : the W-Archive is a hub, not a host ; if you create an Archive, you should be able to refer to another place online where the information is stored; only exceptionnally might we be able to upload content on our servers, as they are very small ]]

close

close

CI Nezha Rabat

Date

Type of document

Theme

People involved

Author(s)

Place

Description

# Nezha Rhondali : du Contact Improvisation à Rabat

*Nezha est une artiste et juriste basée à Rabat. Elle y enseigne depuis dix ans le contact improvisation et y facilite de nombreux évènements autour de la danse et des arts. Elle dirige la compagnie Irtijal, une compagnie de danse marocaine qui vise à transmettre, diffuser et expérimenter les arts contemporains et traditionnels. Elle est également la directrice artistique de Tassarout, un tiers-lieu hybride d'actions artistiques, culturelle et sociale et un espace reconnu comme innovant pour sa manière de réunir art et artisanat.

Cet entretien a été mené à la plage du Petit Nice à Marseille, à la fin d'une résidence de cinq jours à La Friche organisée par Mathilde Monfreux sur son nouveau projet «Mouvementements», inspiré du livre d'Emma Bigé, une expérimentation avec nos savoirs situés, politiques et intimes liés au Contact Improvisation. Cet entretien n'aurait certainement pas pu exister si pendant la semaine qui l'a précédé, nous ne nous étions pas entraîné.es à se situer, se faire confiance dans la confidence, se partager des points de vues de nos vies à l'intérieur et à la marge d'une communauté, de cette pratique qu'est le Contact Improvisation.

Étaient présent.es lors de la résidence : Trécy Afonso, Léo love, Mathilde Monfreux, Nezha Rhondali, Liselotte Singer, Anne-Gaëlle Thiriot, Virginie Thomas et Laurian Houbey*

LEO LOVE: Je sais que ça fait un mois que tu as découvert Wrong Contact, c’est à dire la Oo-ga-la dance et son « Wrong Contact Manifesto avec Ishmael Houston Jones et Fred Holland (1983) et je voulais savoir ce que ça signifiait pour toi ? Et potentiellement, ce que ça signifie pour toi dans ton travail ?

NEZHA : Effectivement, j'ai découvert Wrong Contact il y a un mois. Et je me suis demandé quel impact ça aurait eu dans mon travail si je l'avais découvert au début. En fait, il y avait cette sensation d'être seule qui m'a aussi permis d'être libre dans mon interprétation de ce contact et du coup ma conclusion c'est que c'est bien que je ne l'ai pas connu avant. Dans le sens où pour moi, c'était important quand je suis arrivée au Maroc avec ce bagage de contact improvisation, d'une communauté avec laquelle je me sens en résonance et en même temps à laquelle je ne me sens pas en appartenance. Et d'avoir pris ce temps.
Au départ, je suis arrivée et j'avais fait ma formation. La formation qui m'a le plus impactée, c'était aux États-Unis, dans le Massachusetts, dans la communauté de Northampton, à Earth Dance. C'est là où je suis passée d'une « praticienne » à une « teacher ». Et avec le recul nécessaire quand tu veux enseigner.
Quand je suis arrivée au Maroc, j'étais là avec ce savoir incarné, on va dire, et ma stratégie c'était de reprendre les cours que j'avais reçus.

LL : À Earthdance ?

NEZHA :
Les notes de mes deux années de cours, de Berlin, du festival de Kiev, du Canada, de Montréal, de Vancouver où j'avais eu beaucoup d'enseignements différents, qui venaient de personnes différentes et aussi d'approches.
Ce qui m'attirait toujours c'était les somatiques, c'était comme un tronc commun, et qui à moi m'allait parce que le point de départ c’était une vision anatomique, donc un truc très universel du corps.
Et j'ai créé ce contexte-là et c'était de fait assez impressionnant pour mes élèves parce que c'était très bien structuré : mes cours partaient du soma, des exercices plutôt pratiques et des outils de composition. Il y avait tout ce temps de découverte de son propre corps, et ensuite du contact. Et au fur et à mesure j'ai senti ce besoin de lâcher des choses que j'avais reçues et d'observer ce qui se passait dans les corps, ce qui se passait dans le collectif parce qu'il y a des choses qui ont pris très rapidement. En fait, je me suis dit que le contact d'improvisation, c'est africain : nous, on a ce rapport au sol, ce rapport au contact, ce lien très organique. Les sons qui sortent du corps sont beaucoup plus libres au Maroc qu'en France. Par exemple, on ne va pas dire pardon parce qu'on rote... Les expirations, les soupirs, être davantage en phase avec l'état corporel. On feint moins qu'on va bien : quand on ne va pas bien, on le dit.
Et donc, en fait, comme j'ai plusieurs cultures en moi. Ce qui importait c'était de dire, voilà, moi, j'ai cette culture du contact improvisation. Et là, il y a quelque chose qui se passe ici. De l'ordre de la réappropriation. Il fallait partir de ce qui existait déjà sur place et le soutenir. Ce qui apporte encore aujourd'hui tout ce savoir du contact improvisation, c'est le cadre que j'arrive à soutenir qui donne un espace safe, qui donne un espace de liberté, où on enlève la censure, où on enlève les stigmates du genre, de l'âge, de l'handicap. Il y a quelque chose qui s'est créé dans une ouverture.
Je suis passée du rôle de « mama active », où je tiens, je soutiens le truc, à celui de « witnessing ». Parce que dès le début, j'ai créé des espaces de jams, les jams Kabira. On avait plein de jams, les jams Kabira, les jams Femmes, les Secret jams, les jams dans l'espace public… Après ça, j'ai aussi invité la musique traditionnelle, on a invité Gnawa jam, Ahwach jam et ça ce sont des danses traditionnelles qui sont reliées à notre culture musulmane, à notre pratique collective de la religion. Dans lesquelles il y a la transe, il y a ces moments de respiration collective.
Et j'étais super touchée de voir comment cette pratique existait déjà, en fait ! Il suffisait de dire : tu peux faire ça avec ce costume. Et si on enlève le costume et qu'à un moment donné, quand tu as envie de te rouler par terre, tu te roules par terre... Ces interstices de contact improvisation étaient des respirations qui existaient déjà.
Et cela permet une mixité, du coup. Il y a une nouvelle génération qui est déconnectée avec cet ancrage traditionnel, il y a des marocains blancs qui sont complètement déconnectés avec leur culture, qui sont plus à l'attente de l'approbation de la culture occidentale pour pouvoir valider des choses...
Au départ pour moi c'est le contact c'était vraiment dans cette idée de politique créer des espaces de résistance.
Et ça s'est développé. Il y a eu un moment où j'ai arrêté parce que je sentais que j'aspirais à créer un lien aussi avec l'artistique. Et c'est venu avec, dans mon corps, un Wrong Contact. Là, quand j'allais en Europe... Je dansais j'étais anti-flow : nos deux corps nous disent d'aller glisser par terre alors moi je saute. Comme la danse qu'on a eu tous les deux : ton corps il m'a donné envie de faire du Wrong Contact ! Et ça, comme ce matin encore dans la jam, c'est là où je me sens bien. Les chutes...

LL : ...Aller là où on n'irait pas naturellement.

NEZHA : Oui. Parce que pour moi, c'est ça l'impro… Sinon après, ça devient chorégraphier. Tu vois, en fait, cette routine du fluide là, ça perd… Les gens, ils sont là, ils dansent, ils regardent ailleurs, ils pensent à autre chose. Alors que quand tu es dans le Wrong Contact, tu es là, tu es vraiment là. Parce que si t'es pas là, tu peux te faire mal.
Et aujourd’hui, j'ai envie de joie. La résistance, elle est traversée par de la célébration. La politique, le féminisme et l'activisme, je ne veux plus qu’iels soit prit dans de la victimisation, la tristesse de « nous, nous, nous, vous, vous », c'est bon, quoi. Maintenant je suis dans un truc onirique, je veux du beau. C'est pour ça que maintenant je m’intéresse aux costumes, aux lumières, à créer un espace beau.
Je continue à être intéressée par l'espace public parce que l'espace public marocain est beau, la Médina est belle, on a la rivière, l'océan. On a justement un espace intéressant. Rêvons à travers, laissons parler les corps. Laissons-les révéler quelque chose, les solutions, on les trouvera là-dedans, plus que d'en parler, d'essayer de se joindre à des mouvements qui ont lieu hors de notre territoire, créons notre propre mouvement. C'est quoi pour moi le contact aujourd'hui ? C'est quoi pour moi la résistance ?

LL : Et tu disais qu'il y avait pas mal de techniques de retours à l'intérieur de tes cours. Ça, du coup, ça doit participer aussi à...

NEZHA : Exactement, oui. Et ils ont eu beaucoup de gratitude sur ça parce qu'on n'a pas l'habitude de mettre des mots.
On est dans un truc très hiérarchisé dans l'éducation. Les parents ne demandent pas vraiment aux enfants leur avis. Et là, au départ, ça me stressait un petit peu ce truc de la parole. Mais dès le début, moi je commence et termine avec les cercles. Et en plus le cercle, au niveau de la culture marocaine, ça a du sens.
C'est quelque chose qui a toujours été utilisé dans les danses, dans les réunions. Les tables sont circulaires, par exemple. Et pouvoir avoir des moments comme ça de feedback et du coup. T'as une vision de l'extérieur et quand les gens parlent, ils te révèlent tout un univers insoupçonné. De ce que c'était pour eux, cette danse. Il y en a qui disent que c'est la danse de l'âme.
Comme moi je suis venue avec cette vision très basée sur l'anatomie, on n'a pas vraiment de genre. C'est-à-dire les gens quand ils viennent dans l'espace d’Irtijal, tu vois des danses, je trouve que c'est moins genré qu'en Europe : les mecs dansent ensemble et ils sont au niveau de la peau et du glisser et ils prennent le temps, et les filles aussi et les mecs et les filles ensemble aussi.
C'est un moment de communion.

LL : Parce qu’il y a un accent sur la technicité, peut-être plus qu'un imaginaire érotique.

NEZHA : Oui, C'est ça. Et après, moi, je nomme, surtout quand on fait un travail autour du centre, je leur dis, des fois, il peut y avoir des papillons, des désirs qui arrivent. Qu'est-ce qu'on en fait ? Bien sûr, vous pouvez aller plus loin après, mais là, dans l'espace qu'on soutient, pour être sûr que tout le monde se sente à l'aise, on a mis en place un espace où on essaie de transformer ça en danse, une énergie de feu, ou au contraire plus calme.

Ll : Et Somatika ?

NEZHA : Somatika ? Somatika, c'est venu à un moment où j'avais envie - Avant, j'étais très nomade. Ma manière d'entrer dans la danse a été nomade. Je sortais de cours Somatiques, de Skinner Releasing Technique ou de Klein Technique ou de Contact et j'étais dans les rues donc j'ai toujours été dans le mouvement, j'aimais bien bouger.
Et à un moment, je suis tombée en amour pour Rabat. Je me suis sentie très ancrée, très à ma place. Et puis j'ai eu ma fille. Et ça a fait qu’à mes 40 ans, j'ai dit ça y est je veux mon espace je veux créer un lieu où, quand on y rentre toutes les communautés avec lesquelles je travaille se sentent bien. J'ai envie d'avoir la liberté dans les formats, dans les horaires... j'ai envie d'avoir mon sol ! J'ai vraiment besoin de mon parquet, ça, c'est plus pour ma santé. Je sens ce besoin d'avoir mon sol.
Donc Somatika ça part d'un besoin égoïste d'avoir mon espace. Mais qui aussi répond à un besoin du collectif, à un besoin de la communauté, des danseurs mais aussi du reste de la population. C'est un projet qui prend beaucoup de temps parce que moi j'ai aussi créé un autre tiers-lieu, dans un espace dédié à l'artisanat. Donc je suis avec des artisans qui, eux, viennent d'un monde beaucoup plus traditionnel, mais qui sont dans un relationnel du contact ! (rires) Ils ne sont pas au courant, mais voilà.
Et voilà, ce sont des espaces qui, j’en suis persuadée vont créer un point de rencontre entre des corps différents. Pouvoir prendre ce temps. Là, j'ai entamé un travail. Il y a une communauté qui n'arrive pas à venir à mes jams, c'est la communauté LGBTQIAP+ Queer. Et donc, on a décidé de faire un espace en non-mixité et pour moi, c'est un espace transitoire. Pour prendre le temps de créer un langage commun, de créer une communauté qui va pouvoir ensuite venir aux jams. Et se sentir bien.

LL: et du coup se soutenir aussi elle-même...

NEZHA : Se soutenir, créer des dispositifs de feedback, de communication qui nous permettent de rester alerte.
Mais de la même manière que je veux intégrer des personnes non-voyantes. Comme j’ai aussi envie de recevoir dans mon espace le groupe de personnes trisomiques avec qui je travaille depuis trois ans.
Et dans le même temps, j'ai envie de recevoir des chorégraphes, Loïc Touzé, Mathilde Monfreux. Des danseurs professionnels qui ont cette ouverture, cette envie de questionner aussi, mais en respect, on est dans un dialogue. Parce que souvent, quand les étrangers viennent au Maroc, il y a encore ce truc, malgré nous, on est, nous les Marocains, on les regarde d'en bas, on dit « Waouh ».
Créer un socle qui soit capable d’accueillir des personnes occidentales sans verticalité et sans réticence. Enfin moi je suis très « peace », c'est-à-dire que moi-même, au sein de ma communauté activiste, j'essaie toujours de dire « vas-z-y, on respire un peu quoi ». Et ça prend plus de temps, mais j'ai 40 ans, j'ai encore 40 ans devant moi, donc ça va ! (rires) Inch'Allah !